Le HCTE, une pernicieuse manoeuvre du pouvoir pour diviser le mouvement démocratique en exil..

A l’heure où, comme sur le sol national,  la contestation monte inlassablement dans la diaspora togolaise contre le pouvoir dictatorial, notamment à Londres, à Paris, à Berlin et tout récemment à Genève; nous apprenons que des compatriotes de la diaspora, organisés dans des groupuscules ( DTA, DTB, CTS, CODITOGO ) ont accepté de se rendre, les 24 et 25 juillet derniers, dans des chancelleries togolaises  de Bruxelles Genève et Paris, pour prendre langue avec  des envoyés de la dictature et  pour engager des discussions avec ces derniers. De telles initiatives n’ont pas manqué de susciter la colère et l’indignation au sein de la diaspora togolaise, et en particulier chez les démocrates en exil. 

Pour tenter de conjurer  l’immense discrédit dont ils  sont l‘objet depuis  ces honteuses rencontres, et face à  leur  isolement de plus en plus manifeste  au sein  de la diaspora togolaise et au sein du mouvement  démocratique en exil, tous ces groupuscules se livrent à des sauts de cabris, se démènent comme de beaux diables, se fendent en  communiqués  divers pour se donner bonne conscience, et surtout pour tenter de se justifier, de masquer et de couvrir d’un voile blanc leur honteuse compromission.

C’est ainsi que, reprenant ces vieux refrains  bien connus que nous chantent depuis plus de 30 ans les faux démocrates de l'opposition ( Agboyibo, Fabre, Apevon, Adjamagbo, Folly Antoine, Olympio etc.), ceux-là qui veulent toujours nous faire croire  qu'on peut « convertir à la démocratie » un dictateur et ses affidés par des joutes verbales et par des explications, et qu’il est même possible d’instaurer des îlots de démocratie locale sous un régime de dictature,  la DTB et ses semblables en Europe et ailleurs, toujours dans le but de se justifier, proclament à tous vents qu'on peut transformer, par un « dialogue constructif »,cette HCTE de la dictature en une instance démocratique. Il suffirait donc pour cela, toujours selon eux, d’oeuvrer à obtenir une plus forte représentation de la diaspora d’Europe et d’Amérique par rapport à celle de l'Afrique au sein de cet officine du pouvoir, pour changer la nature de celle-ci, et pourquoi pas, pour changer la nature prédatrice du pouvoir et pour apporter le changement auquel aspire le peuple togolais. La mise en place de ce HCTE est devenue dans leurs bouches (c’est ce qu’ils veulent nous faire croire) un «combat titanesque», un «combat de gladiateurs» qu’il faut remporter à tout prix. Ils nous invitent donc à rentrer dans l’arène, et selon les mots de l’un d’entre eux, à "mouiller le maillot".  On a vite compris que pour ces derniers, rentrer dans l'arène pour mouiller le maillot revient seulement à réclamer à cor et à cri une concertation, un énième "dialogue constructif" avec le pouvoir. C'est effectivement sous la bannière de ce t-shirt de la honte que tous ces groupuscules DTB et leurs semblables sont allés s'assoir à la même table que les envoyés de Dussey et de l'apprenti dictateur

Ce fameux maillot qu'on nous invite à mouiller n'est donc ni celui du redoutable attaquant togolais Apéti Kaolo ni du grand cycliste Charlevi. C'est plutôt le t-shirt mystificateur des animateurs des 3S qu'il désigne . Des t-shirt que portaient, sous l'oeil méprisant du tyran Eyadema, des animateurs de ARETO lors des cérémonies pour célébrer Etienne Eyadema. Car de toute évidence, et c’est que leur pratique démontre, la raison d’être de ces groupuscules qui ont choisi de « dialoguer » avec les envoyés de la dictature ce n’est pas la lutte pour la démocratie. L’instauration de la démocratie ne figure pas du tout dans leur programme. 

En effet, les compatriotes quelque peu sincères, et lucides ne peuvent manquer de se poser des questions sur une telle revendication de "dialogue constructif" et de concertation avec ce régime qui, on le sait, a toujours réservé une destinée calamiteuse à de tels dialogues depuis le début du mouvement populaire de revendications démocratiques en octobre 1990.

Il faut donc être profondément amnésique pour continuer à prendre au sérieux de telles « revendications » face aux tenants de la dictature,. quand on mesure les résultats. Il faut avoir oublié ces nombreuses négociations et ces multiples dialogues dont les décisions sont restées dans les tiroirs en fer de Lomé II On se rappelle notamment le sort réservé à l'APG, et plus récemment, à la dernière feuille de route conçue par la CEDEAO et la mythique communauté Internationale 

Or les animateurs et membres de ces groupuscules ne sont certainement pas aveugles et n’ont pas la mémoire aussi courte. ! Alors pourquoi de telles initiatives ? C’est justement parce que la démocratie n’est pas leur préoccupation qu’ils ne veulent pas voir ni se souvenir, et qu’ils s’engagent dans cette voie dont on connaît déjà l’issue.

C’est ainsi qu’on notera également sans surprise, que ces compatriotes ne sont pas du tout animés par le moindre sentiment de solidarité. En effet, et nous le ne disons tous les jours, pour un vrai démocrate, le vrai combat démocratique nécessite l’union la plus large et la solidarité la plus forte contre les forces anti démocratiques. Or ce n’est pas du tout ce que recherchent ces groupuscules qui eux se préoccupent seulement d’avoir une plus forte représentation de l’Europe et de l’Amérique par rapport à l’Afrique. Et pourquoi une telle préoccupation alors que de notoriété publique, c’est sur notre continent que l’on compte le plus grand nombre d’exilés togolais ? C’est parce que ces groupuscules considèrent ces derniers, non comme d’éventuels compagnons de lutte, qui mériteraient leur solidarité et leur soutien, mais plutôt comme des rivaux qu’il faudrait supplanter auprès des représentants de la dictature.

Car justement, leur véritable objectif, pour ces groupuscules, ce n’est pas de rassembler nos compatriotes de la diaspora pour le combat démocratique en appui à la lutte du peuple sur le sol national ; c’est de devenir les interlocuteurs privilégiés du pouvoir à l’étranger..Et chacun de ses membres entend tirer des avantages personnels de cette situation espérée. Les démarches de ce beau monde qui se pare de titres ronflants et pompeux d'experts, de consultants ou de représentants de la diaspora togolaise n’ont donc pour but que d’assouvir des ambitions personnelles, et en particulier de pouvoir obtenir des postes bien juteux au sein d'une instance de la dictature et du système néocolonial. Car chacun d’eux a les yeux fixés sur l’exemple de ces leaders politiques qui maniaient (et qui continuent à manier) les mêmes arguments qui les faisaient passer pour des interlocuteurs privilégiés du pouvoir dictatorial et de la communauté internationale pour les dialogues et les négociations et qui sont devenus ministres, premiers ministres ou bien qui se sont fait élire députés .

Ils savent bien que cette revendication de dialogue constructif n'est qu'une manière de négocier eux aussi une place au sein de ce système..néocolonial ; c’est sans doute la quête de cette promotion qui les anime également, et c’est pour cette raison qu’ils se sont précipités pour répondre, comme des chiens affamés, à l'appel de leur maître Dussey, en se pointant les 24 et 25 juillet dernier dans les chancelleries. Evidemment c’est aussi l’occasion pour certains d’attirer l’attention et de se faire mieux remarquer, et nul doute qu’en marge des réunions officielles, des rencontres parallèles, privées ont eu lieu et ont permis à quelques uns d’entre eux de mieux se faire connaître des représentants de la dictature ; dans l’espoir de se « placer »,  de faire avancer quelques dossiers personnels, de bénéficier de quelque promotion, en résumé, de mieux se vendre. Peu importe si c’est au détriment d’un concitoyen ou d’une concitoyenne. .Car dans ce genre de milieu, c’est toujours le chacun pour soi qui prédomine En somme ces gens veulent reproduire à l’étranger ce que font les leaders FAP sur le territoire national  Ils veulent aller à la mangeoire eux aussi en laissant le peuple et la jeunesse dans une misère insupportable, oeuvrant chacun pour son intérêt personnel. Soit dit en passant une telle attitude ne peut 

Il doit être clair pour tous, que ces groupuscules, par leur pratique, font le jeu de la dictature dans sa volonté de réduire le mouvement démocratique dans la diaspora comme il tente de le faire sur le sol national avec la répression qu’il abat sur le peuple actuellement . Bien entendu , la méthode n’est pas la même par la force des choses et c’est ici que ces groupuscules répondent à ses objectifs ; ils lui servent de cheval de Troie pour semer la zizanie au sein de la diaspora et pour ainsi retarder, émousser la prise de conscience de nos compatriotes ; ils lui permettent d’alimenter sa propagande visant à nous présenter comme des faux réfugiés, toujours dans le but de faire peser une menace permanente sur nos têtes d’entretenir l’inquiétude en notre sein et ainsi d’émousser notre volonté de lutte. 

Dans ces conditions, continuer à faire le grand écart et à tendre la perche à la dictature qui de par sa nature veut instrumentaliser les compatriotes en exil dans une officine du pouvoir (HCTE) participer à ce sale boulot contre le peuple c’est torpiller la lutte et à retarder sa prise conscience générale 

Les compatriotes de la diaspora ne doivent plus nourrir des illusions à l'égard de ce pouvoir . ils doivent comprendre que nous menons une lutte de libération où les tenants de la dictature sont dans leurs rôles lorsqu’ils tentent de débaucher quelques arrivistes et opportunistes qui peuvent les accompagner dans ce processus qui a comme objectif de contrer, de désamorcer le mouvement démocratique en exil. Un mouvement salutaire qui se développe de jour en jour contre cette dictature oligarchique, responsable de la situation dramatique que nous connaissons au pays comme à l'étranger..Indéniablement c'est ce funeste rôle d'accompagnateur que tente de jouer tous les groupuscules ( DTA, DTB, CTS, CODITOGO, TOGO DEBOUT, ) qui connaissent pertinemment la nature du régime mais feignent de réclamer à cor et à cris une concertation, un énième dialogue dit constructif avec Faure et son larbin Dussey, et qui veulent eux aussi amuser la galerie au détriment des intérêts du peuple

Dans cette situation la seule solution c’est que les compatriotes les plus lucides, sincères en symbiose avec les démocrates regroupés autour de la plate-forme Togo En Lutte et la rédaction de la radio en ligne FM-TOGO-DEMOCRATIE entreprennent de dénoncer ouvertement Dussey et son HCTE mais égarement ce fameux "dialogue constructif" comme une pernicieuse manoeuvre d’ont l’ objectif est d'accompagner le pouvoir despotique au lieu de le combattre jusqu'au bout.

Il est d’ailleurs remarquable qu'après des années de luttes qui se sont soldés par des échecs successifs, notre peuple et ses dignes filles et fils de la diaspora commencent à prendre conscience, à élever leurs niveaux politiques pour comprendre et détecter toutes ces perfides manoeuvres de quelques groupuscules qui sont allés prendre langue avec les envoyés de la dictature à Bruxelles, Paris et Genève.

Nous ne pouvons que nous en réjouir.

Le comité exécutif de FM-Togo-Democratie